Témoignages


mangodeck-logo

Restaurants Mangodeck

Stefano Gubinelli et Antoine Veyrat


Je considère le programme Best for Geneva comme un moteur d’un développement durable.

Dans le monde des affaires tel qu’il existe aujourd’hui, une entreprise ne peut faire passer sa réflexion sur son impact global au premier plan.

Avec le savoir-faire du personnel des restaurants Mango Deck, nous faisons déjà attention à notre impact. L’accent est mis plus particulièrement sur celui environnemental. Nous souhaitons bien gérer nos affaires, - non seulement pour nous, mais aussi pour tous les autres acteurs touchés par nos actions. Il reste, toutefois, difficile d’aller chercher du soutien à l'extérieur ; cela nécessite beaucoup d'énergie dans la recherche d’autres idées et solutions tout en continuant à gérer les affaires quotidiennes.
Néanmoins, être invité à des événements pour voir ce qui se fait ailleurs, notamment à Genève – nous trouvons cela super et motivant!

Nous sommes curieux de voir la dynamique qui s’installera lors des événements de formation et des ateliers et plus particulièrement à Genève. Nous pensons qu’il y aura des opportunités de valoriser ce que nous faisons déjà.

La participation de diverses entreprises au programme Best for Geneva permettra de réunir plus de savoir-faire et provoquera certainement un grand nombre d’échanges intéressants et inspirants. Nous pensons pouvoir venir avec notre contribution tout en bénéficiant du soutien que ce programme a à offrir pour continuer à améliorer nos pratiques.

Aeschbach-chaussures-logo

Chaussures Aeschbach

Sébastien Aeschbach


Je vois la participation au Best for Geneva comme une opportunité d’obtenir un regard neuf et inspirant sur nos pratiques.

Être mis en réseau avec d’autres entreprises nous permettra d’apprendre les uns des autres afin d’améliorer certaines de nos pratiques. Cet échange est primordial pour le bien-être futur, car ensemble nous pouvons mieux comprendre les enjeux actuels et ainsi mieux saisir les opportunités d’un développement pérenne. Comme toute entreprise familiale, nous nous devons en effet de nous adapter aux défis d’aujourd’hui qui diffèrent forcément de ceux des générations passées.

Il nous tient beaucoup à coeur d’agir pour le bien des générations futures. Lorsque je pense à l’avenir, l’écologie est le sujet qui me touche le plus. Quelle planète allons-nous transmettre à nos enfants ? Je dresse un parallèle avec une entreprise familiale, où on parle naturellement beaucoup de transmission.

Pour établir un vivre ensemble durable, nous avons besoin d’impliquer un maximum d’acteurs et d’actrices genevoises à l’innovation de demain ! C’est pour cela que j’encourage chacun-e d’entre vous à participer à Best for Geneva ! C’est en agissant collectivement, chacun-e à son niveau, que nous obtiendrons le meilleur résultat!

infomaniak-environnement-logo

Infomaniak

Boris Siegenthaler


Je veux pouvoir dire à mes enfants, quand je serai retraité, que j’aurai fait ma part, comme le colibri. Je ne suis pas entrepreneur pour l’argent, je suis entrepreneur pour le plaisir, et je veux faire ma part. C’est entre autre pour cela que je participe au Best for Geneva.

Atelierbois-logo

atelierbois

Alban Lalou


Ma participation à Best for Geneva est particulièrement motivée par les échanges au cœur du programme.

Plusieurs composantes de l’économie inclusive jouent un rôle important à l’atelierbois au quotidien. Nous sommes très attachés à notre gouvernance axée sur la responsabilité des collaborateurs et leur capacité à trouver des solutions. Nous sommes également très fiers de nos réalisations durables et écologiques. Je me réjouis de partager les expériences vécues au sein de notre entreprise au cours des discussions incitées par Best for Geneva. Les expériences d’autres acteurs aux parcours similaires m’intéressent évidemment. Grâce aux échanges chacun peut s’améliorer et s’enrichir professionnellement.

Individuellement, nos actions pour un avenir meilleur sont conduites à échelle restreinte. Je suis convaincu qu’en agissant conjointement, chacun à notre niveau, nous pouvons établir un « vivre ensemble » de grande qualité. Il est toujours intéressant d’ébranler ses habitudes.

Vivons l’avenir ensemble!

RaiffeisenSM

Fédération genevoise des banques Raiffeisen, partenaire du programme Best for Geneva 2018

Hervé Broch


Pour quelles raisons, avez-vous choisi de participer à Best for Geneva, dès son lancement? Raiffeisen, fort d’un ancrage local et du rôle qu’elle joue dans le tissu économique local, a trouvé dans le programme Best for Geneva une résonance parfaite avec ses valeurs: utiliser la force entrepreneuriale pour relever les défis du développement durable.

Au-delà du partenariat, vous avez décidé d’intégrer Raiffeisen dans le processus d’enregistrement Best for Geneva. Pour quelles raisons? Pour mesurer les progrès au niveau des pratiques liées au bien-être des collaborateurs et à nos actions pour la protection de l’environnement, mais aussi pour nous améliorer. Les outils proposés ainsi que les formations proposées aux entreprises participantes sont une opportunité pour renforcer notre politique de durabilité.

Quelles sont vos attentes vis-à-vis de Best for Geneva? Que BFG deviennent un catalyseur pour accélérer la mise en oeuvre des objectifs de développement durable dans le secteur privé. Il faut démocratiser les efforts faits dans le secteur du durable. Il ne doit pas être réservé aux seules start-up ou aux multinationales. Chaque PME doit prendre conscience qu’elle peut participer et que la solution est entre ses mains.

Qu’avez-vous appris sur votre entreprise Raiffeisen durant le processus d’enregistrement? Nous avons pris conscience que la durabilité est multiple et recouvre un grand nombre d’aspects différents comme par exemple l’évaluation des pratiques liées à la gouvernance, aux collaborateurs, nos engagements auprès de la collectivité et nos actions pour la protection de l’environnement. Il faut être obstiné et fournir des efforts continus… Autre élément pertinent, le programme permet d’évaluer nos pratiques au regard du standard international B Corp qui est au coeur du programme BFG. En vertu du système coopératif Raiffeisen chaque banque est indépendante et elle décide ainsi elle-même de participer à B Corp ou non. Par exemple pour ce qui est de la banque que je dirige nous sommes en train de finaliser notre certification. C’est gratifiant de voir que les valeurs que nous défendons au jour le jour sont en ligne avec les critères les principes éthiques et environnementaux défendus par B Corp. Plus de 2500 entreprises sont déjà certifiées au niveau mondial et 60.000 entreprises dans le monde ont déjà effectué une évaluation de leurs impacts sociétaux grâce aux questionnaires B Corp.

Sur quels domaines souhaitez-vous que vos collaborateurs soient spécifiquement formés par Best for Geneva? Et pour combien d’entre eux? Le groupe Raiffeisen a déjà pris des engagements forts notamment celui de diminuer de 30 % les émissions de gaz à effet de serre produites par son activité à l’horizon 2020. Au niveau genevois, nous souhaitons être des précurseurs dans le domaine de la durabilité. Par exemple nous avons soutenu avec conviction le projet du film «Demain Genève». Nous allons d’ailleurs diffuser ce film à plus de 150 collaborateurs, afin de démontrer que Genève s’est mis en marche et que Raiffeisen est dans le peloton de tête.

Que pensez-vous et qu’attendez-vous concrètement de cette année de formation gratuite? Proposer à nos collaborateurs ainsi qu’à nos clients, des ateliers de formation continue. En tant que troisième groupe bancaire suisse, nous avons des responsabilités et nous les assumons. De plus, notre système d’affaire coopératif focalisé sur la Suisse est totalement en ligne avec les notions de durabilité, de proximité et d’entrepreneuriat.

Froriep_Logo_rgbSM

FRORIEP

Julie Wynne


Pour quelles raisons, avez-vous choisi de participer à Best for Geneva, dès son lancement? Bien que FRORIEP soit un cabinet d’avocats offrant l’ensemble des services traditionnels d’un cabinet d’affaires, il se définit tout autant comme une organisation tournée vers l’innovation avec des compétences pointues dans le domaine des nouvelles technologies, de la blockchain et des cryptocurrencies, ainsi que dans des domaines liés à l’impact à travers la finance durable, l’entrepreneuriat social ou encore la philanthropie. C’est cet intérêt et une pratique orientée vers l’innovation et l’impact qui nous ont poussés à participer au programme Best for Geneva pour soutenir nos réflexions autour de l’étude de demain. Nous sommes ravis de pouvoir rencontrer d’autres acteurs du microcosme genevois mus par les mêmes valeurs de responsabilité sociétale du monde des affaires, afin d’échanger les meilleures pratiques et nous inspirer de pratiques innovantes.

Qu’avez-vous appris sur votre entreprise Froriep Legal durant le processus d’enregistrement? Le processus d’évaluation lors de l’enregistrement nous a permis de réfléchir de manière holistique à notre modèle d’affaires, nos initiatives à impact et notre rôle dans la communauté. Nous avons fait remplir le questionnaire par un associé et un collaborateur pour pouvoir comparer les points de vue et repérer s’il existait des différences entre les perceptions. L’outil d’évaluation est un support très complet, avec de nombreuses références et propositions de bonnes pratiques, véritable aide à une analyse complète.

Sur quels domaines souhaitez-vous que vos collaborateurs soient spécifiquement formés par Best for Geneva? Et pour combien d’entre eux? Nous sommes particulièrement intéressés par toutes les questions liées au capital humain et au management ainsi qu’à l’innovation, domaines qui sont cardinaux au sein de notre cabinet. En outre, nous souhaitons également développer au sein de l’ensemble des employés une sensibilité à la responsabilité sociale de l’entreprise et à notre empreinte sur l’environnement. Les collaborateurs, qui participeront aux ateliers selon leurs intérêts seront ensuite des relais au sein de l’étude pour promouvoir des pratiques à fort impact.

Que pensez-vous et qu’attendez-vous concrètement de cette année de formation gratuite? Nous attendons d’être stimulés dans nos réflexions stratégiques sur le modèle d’affaires, apprendre d’autres entrepreneurs, sentir les tendances et s’inspirer pour déployer les affaires de manière responsable et efficace.

Sigtem

Services industriels de Genève, partenaire du programme Best for Geneva 2018

Giorgio Pauletto


Pour quelles raisons, avez-vous choisi de participer à Best for Geneva, dès son lancement? Pour plusieurs raisons, mais surtout parce que le programme Best for Geneva partage les mêmes valeurs que les SIG, comme la proximité, la durabilité et l’audace.

Envisageriez-vous d’intégrer les SIG dans le processus d’enregistrement Best for Geneva. Pour quelles raisons? SIG pourrait intégrer le processus d’enregistrement de Best for Geneva, bien que celui-ci concerne avant tout des entreprises privées et non publiques. Par ailleurs, les Services industriels de Genève ont également un programme, qui mesure l’environnemental, le social et l’économique, pour l’ensemble de l’entreprise, ces valeurs sont donc déjà traitées depuis de nombreuses années au sein des SIG.

Quelles sont vos attentes vis-àvis de Best for Geneva? Les SIG espère participer, collaborer ainsi au lancement d’un mouvement, qui favorise la transition énergétique et sociale dans une société plus durable et responsable.

Sur quels domaines souhaitez-vous que vos collaborateurs soient spécifiquement formés par Best for Geneva? Et pour combien d’entre eux? Il est difficile de répondre à cette question car les SIG fournissent déjà des modules de formation via leur programme eco21 et pour Best for Geneva, mais nous espérons ainsi pouvoir atteindre un plus grand nombre de nos fournisseurs partenaires.Toutefois, les domaines traités par Best for Geneva soutiennent nos démarches de sensibilisation auprès de nos collaborateurs et de nos fournisseurs.

Que pensez-vous et qu’attendez-vous concrètement de cette année de formation gratuite, pour vos collaborateurs ou pour vos fournisseurs? Notre objectif est de faciliter le passage à une société plus durable grâce notamment à une prise de conscience de nos fournisseurs et de la société grâce aux initiatives du programme Best for Geneva.

Logo-LaGenevoise2

La Genevoise du Terroir

Thierry et Claire-Lise Desbaillet


Pour quelles raisons, avez-vous choisi de participer à Best for Geneva, dès son lancement?La Genevoise du Terroir a été créée durant le Prix IDDEA 2014. Prix, qui aide les entrepreneurs ayant une idée d’entreprise durable à passer de l’étape d’idée à celui d’entreprise au travers de divers cours et formation. Nous avons ensuite intégré la Chambre d’Economie Sociale et Solidaire, car nous partageons ses valeurs et c’est donc tout naturellement que nous participons à ce programme, afin d’agrandir notre réseau et d’améliorer nos processus. Notre ambition est de produire ou de distribuer toutes les boissons artisanales genevoises aux hôtels, restaurants, épiceries et professionnels, mais également aux privés sur le Marché de Carouge. Nos boissons sont toutes élaborées uniquement avec des ingrédients naturels et la recherche du goût et de la qualité sont une priorité. L’entreprise que nous développons doit être à l’image de nos produits. Participer à Best For Geneva nous permet de nous structurer en faisant un point de situation sur notre organisation et d’améliorer nos pratiques, afin de garder cette longueur d’avance sur nos concurrents.

Qu’avez-vous appris sur votre entreprise La Genevoise du Terroir durant le processus d’enregistrement? Nous avons appris qu’il y a encore beaucoup de travail pour formaliser l’organisation de notre entreprise. Les sujets sont nombreux et ces différents points nous permettent de faire le bilan et choisir les thématiques à travailler en priorité.

Sur quels domaines souhaitez-vous que vos collaborateurs soient spécifiquement formés par Best for Geneva? Et pour combien d’entre eux? Tout d’abord la nature de notre offre à un impact très fort en termes de développement durable. Les lois suisses étant déjà très exigeantes en comparaison internationale, l’effort va se porter sur l’emballage de nos boissons, ou encore sur la limite de livraisons, afin d’économiser du temps et du CO2. Un autre point à travailler sera la formalisation de notre partie ressources humaines, afin que nos employés bénéficient de chartes, de procédures, et de documents auxquels se reporter en cas de question. Lors de la première formation du 27 février, nous avons discuté avec les experts présents afin d’avoir leur point de vue sur l’emballage de nos produits pour trouver comment les optimiser. Acheter au plus proche, en limitant l’impact sur tout le cycle de vie de ces derniers, de leur production à leur recyclage. Vivement les prochaines formations afin de travailler sur les autres points. Notre société se compose de 2 personnes à plein temps que nous allons former et des employés à temps partiel. Notre objectif n’est pas seulement de nous améliorer, mais également de faire bénéficier à nos fournisseurs de l’expérience acquise durant ce programme, car nous travaillons en partenariat avec eux.

Que pensez-vous et qu’attendez-vous concrètement de cette année de formation gratuite? Pour une start-up comme la nôtre, suivre ce programme nous permet de construire une entreprise avec des valeurs, qui correspondent à la qualité des boissons que nous produisons ou distribuons. L’accès à des formations comme celles dispensées à la Haute Ecole de Gestion dans le cadre de Best For Geneva, nous permet de démarrer directement sur le bon pied! Nous avons à coeur de démontrer qu’il n’est pas incompatible de marier les valeurs du développement durable et la viabilité économique d’une entreprise.

realise

Réalise

Christophe Dunand


Pour quelles raisons, avez-vous choisi de participer à Best for Geneva, dès son lancement?C’est une belle opportunité pour se comparer aux autres entreprises, qui s’engagent pour la durabilité, sur la base d’une méthodologie éprouvée largement dans le monde. Il s’agit donc un benchmark local et international d’un coup.

Qu’avez-vous appris sur votre entreprise Réalise durant le processus d’enregistrement, que vous ne connaissiez pas déjà? Nous avions déjà complété le formulaire de base B impact, beaucoup plus long, l’an passé. En même temps nous avons fait notre certification Iso 14001. Ces deux démarches ont permis d’identifier plusieurs zones d’amélioration, tant dans les RH que la gouvernance.Nous aussi mis en évidence des pratiques positives pour la planète et la société mal documentées pour le moment.

Sur quels domaines souhaitez-vous que vos collaborateurs soient spécifiquement formés par Best for Geneva? Et pour combien d’entre eux? A ce stade, nous n’avons pas encore identifié de thématiques précises. D’abord nous allons faire connaître cette évaluation à nos collaborateurs, ce qui sera un facteur de motivation. Puis, dans un deuxième temps, nous allons intégrer les pistes d’amélioration identifiées et dans notre système qualité pour les prochaines années.

Que pensez-vous et qu’attendez-vous de cette année de formation gratuite? C’est une belle opportunité de partage d’expériences et de rencontres, qui va contribuer à créer une communauté d’entreprises engagées dans la transition. Face à la complexité des enjeux, pour ramener l’économie à une empreinte d’une planète, une communauté d’échange, propice à l’intelligence collective, cette démarche sera très utile. Nous sommes déjà très engagés depuis des années dans le réseau de l’économie sociale et solidaire et écologique. Des marges alternatives nous sommes en train d’être reconnus comme pionniers. Best for Geneva va contribuer à rassembler les entreprises ESS, les entreprises engagées de longue date dans la RSE et les entreprises dont l’engagement est plus récent et qui pourront éviter de refaire toutes les erreurs des pionniers. Nous n’avons que 20 ans pour changer de cap. Il n’y a donc pas de temps à perdre.

Connexion